Le col d’Aubisque comme juge de paix de cette 2e étape du Tour des Pyrénées. Très bonne prestation de l’ensemble de l’équipe. Marine Allione est dans l’échappée matinale. Karolina Perekitko termine 4e. 

96 kilomètres entre Pierrefitte-Nestala et le Col d’Aubisque au programme de cette 2e étape du Tour des Pyrénées. Une course de côte qui ne tarde pas à se décanter. Et la deuxième tentative d’échappée sera la bonne. Marine Allione et deux autres coureuses (de la formation BTC et Komugi) prennent rapidement le large. Elles ne seront plus que deux avec la coureuse de Komugi quelques kilomètres après. Le duo de tête comptera jusqu'à 3’50 d’avance avant de voir le peloton embrayé et se rapprocher à une minute au pied du col de l’Aubisque. 

Il suffit à Marine d’un seul kilomètre pour partir seule, dans son effort, affronter les pentes de l’Aubisque. Il reste 15 kilomètres avant l’arrivée, mais le peloton 80 bornes qui lui vaudra le maillot bleu clair du kilomètre 64, spécifique au Tour des Pyrénées, qu’elle portera le lendemain. 

Pendant ce temps, les autres filles sont dans le peloton au chaud pour protéger Karolina Perekitko. Toutes les consignes émises par Jérémy Bellicaud lors de briefing sont respectées. Julia, Noémie, Florence, et Constance donnent le maximum pour accompagner leur leader polonaise le plus loin possible. Petit à petit le peloton accélère et la sélection se fait par l’arrière. 

À 9km de l’arrivée, Karolina se retrouve dans un groupe de 5 en tête de course dans les forts pourcentages de l’Aubisque, composé de Bego et Moskova (Cofidis) ainsi que Cavallar et Claes (Arkéa B&B Hotel).  Elle perdra le contact avec ce groupe qu’un kilomètre après sans pour cela craquer totalement. 

On ne retrouve plus que trois filles à l'avant avec les deux coéquipières d'Arkéa-B&B Hotels - Lotte Claes et Valentina Cavallar - et la Française Julie Bego (Cofidis). Alors que c'était elle qui imposait le rythme jusqu'à présent, Cavallar est très solide et parvient à faire craquer ses deux concurrentes à 7 bornes de l'arrivée. Mais ça revient derrière, notamment avec les deux coureures de la Laboral Kutxa-Fundacion Euskadi - Usoa Ostolaza et Iurani Blanco - qui rattrapent et lâchent tout le monde un par un. 

Ostolaza parvient même à revenir sur Cavallar, sous une pluie battante et un brouillard dense. La victoire va se jouer entre l'Espagnole et l'Autrichienne. Mais à 2 kilomètres du sommet, Ostolaza passe à l'offensive et parvient à décramponner sa concurrente. La Basque s'envole vers la ligne d'arrivée et remporte cette 2e étape dans des conditions dantesques.

Elle devance sur la ligne Valentina Cavallar de 26 secondes et sa coéquipière Iurani Blanco de 58". Karolina termine 4e à 1’24 de l’espagnol. Derrière tir groupé avec Constance Valentin à la 22e position à 7’22 la vainqueur du jour. Noémie Abgrall et Florence Normand respectivement 25 et 26e à 8’22. Arrive ensuite Julia Aura 36e à 13’18. Enfin, la fuyarde du jour, Marine Allione termine à la 47e place à 16’26.

Article rédigé en collaboration avec Corentin Cousin.

17 juin, 2024