Par Renaud Chevalier

Étape 1 : Bagnoles-de-l’ Orne-Normandie

Nouveauté de cette deuxième édition, le contre-la-montre de 10,3km a réussi à Constance Valentin. Laissée au repos lors de la Vuelta Extremadura (8 au 10 mars 2024), la française a été intraitable en début de parcours en terminant avec le meilleur temps au sommet de la première côte (avenue du Docteur Jacques Aimez) quelques centaines de mètres après le départ. Sa performance lui permet de revêtir le prestigieux maillot à pois de meilleure grimpeuse. «Je n’avais pas du tout prévu de faire ce classement, c’est arrivé par hasard mais je suis très contente.» affirme-t-elle.

Le VTT, un atout incontestable

Passée par le VTT cross-country avant de débuter le vélo sur route, la gardoise se qualifie de puncheuse. Vainqueure d’une Coupe de Catalogne UCI 2023 en VTT, Constance Valentin a diminué le VTT pour privilégier la route. Lors du contre-la-montre, son expérience dans le VTT a sans aucun doute été d’une aide précieuse.

«Grâce au VTT, j’ai l’habitude de partir à bloc sur les premières minutes de course. Ça m’a bien aidé pour grimper.»

Étape 2 : Le Neubourg-Pavilly

Aurela Nerlo et Tang Xin dans le peloton, Noémie Abgrall percutée.
Nerveuse, cette étape a vu se succéder chutes et abandons. Pas moins de 13 abandons ont été répertoriés. La faute à une météo capricieuse. Les coureuses de l’équipe n’ont pas été épargnées. Julia Aubry a crevé, Noémie Abgrall a été contrainte d’abandonner.

Une course chaotique : le point de vue de Julia Aubry
«L’étape, pour la plupart des filles de l’effectif, s’est jouée à cause des chutes qui se sont enchaînées. Pour ma part, après avoir été gênée dans une chute lorsque j’ai rejoint le peloton, j’ai crevé des deux roues. Malheureusement notre voiture était très loin, avec les filles qui étaient tombées et Noémie blessée. Je n’ai pas pu être dépannée à temps. Aurela Nerlo et Xin Tang ont été épargnées par les problèmes mécaniques et les chutes. Elles ont terminé dans le peloton. Personnellement, je suis déçue de cette deuxième étape, je me sentais bien physiquement»

Noémie Abgrall prise au piège des routes glissantes
«Il y a eu une bonne chute au km 72. Des filles ont glissé sur le bas côté, entraînant un enchaînement de cascade(s) avec la route qui était grasse et glissante. Une fille de derrière a freiné tard et m’a percutée à plus de 40kmh. Je n’ai rien pu faire. J’ai abandonné sur le circuit final 50km plus tard. J’avais une gêne à la main qui ne me permettait pas de me mettre en danseuse et de nombreuses contusions.» souligne-t-elle.

Si la chute a été violente, les résultats de la radio sont pour le moins positifs : «Je n’ai pas de fracture. Je dois tout de même porter pendant une semaine une attelle le temps que les lésions ligamentaires guérissent. L’essentiel est de pouvoir remonter sur le vélo d’ici quelques jours.»

Étape 3 : Coutances-Martinvast

«Nous avions comme consigne de prendre l’échappée»

Le mot d’ordre : être offensive

A ce sujet, Julia Aubry nous dévoile le plan de course. «Nous avions comme consigne de prendre l’échappée. Aurela Nerlo, Constance Valentin et moi nous sommes battues pour être à l’avant. La course s’est finalement jouée sur le circuit final que nous devions parcourir à deux reprises. Nous avions déjà fait beaucoup d’efforts.»

Beau combat livré par Tang Xin

Malgré le travail de sape de la Visma-Lease, la chinoise a été valeureuse. Elle craque à 10km de l’issue et termine à un peu plus de deux minutes de la lauréate du jour Lauren Stephens (Cynisca Cycling).

17 mars, 2024